The project challenges the verticality as a dialectic and chronologic response to the medieval tower sat on the other side of the valley.
To realize this sign and to preserve the environment, the program is organized vertically: the main entrance is located at the mid-height of the complex (accessible from the back side street) distributing:

  • the lower floors: the theater, the college and the gymnasium (also accessible from the courtyard)
  • the upper floors: the commercial high school.

The objective to set up the complex in the slope is also to preserve the wineyard, as well as to integrate the existing wine house to the complex.

Here below reproduced is the poems « the valaisans quatrains » written by Rainer Maria Rilke when he lived nearby the site. It has been a source of inspirations :

  • Fier abandon de ces tours qui pourtant se souviennent
    depuis quand jusqu'à toujours de leur vie aérienne.
    Cet innombrable rapport avec la clarté pénétrante
    rend leur matière plus lente et leur déclin plus fort.

  • Les tours, les chaumières, les murs, même ce sol qu'on désigne au bonheur de la vigne, ont le caractère dur.
    Mais la lumière qui prêche douceur à cette austérité fait une surface de pêche à toutes ces choses comblées.

(Rainer Maria Rilke)
Extrait des Quatrains Valaisans (écrits à Muzot)

Photo:
Armand Bussard

Photo:
Armand Bussard

Photo:
Armand Bussard

Photo:
Armand Bussard

text written by ChristianBecK

The project challenges the verticality as a dialectic and chronologic response to the medieval tower sat on the other side of the valley.
To realize this sign and to preserve the environment, the program is organized vertically: the main entrance is located at the mid-height of the complex (accessible from the back side street) distributing:

  • the lower floors: the theater, the college and the gymnasium (also accessible from the courtyard)
  • the upper floors: the commercial high school.

The objective to set up the complex in the slope is also to preserve the wineyard, as well as to integrate the existing wine house to the complex.

Here below reproduced is the poems « the valaisans quatrains » written by Rainer Maria Rilke when he lived nearby the site, have been a source of inspirations :

  • Fier abandon de ces tours qui pourtant se souviennent
    depuis quand jusqu'à toujours de leur vie aérienne.
    Cet innombrable rapport avec la clarté pénétrante
    rend leur matière plus lente et leur déclin plus fort.

  • Les tours, les chaumières, les murs, même ce sol qu'on désigne au bonheur de la vigne, ont le caractère dur.
    Mais la lumière qui prêche douceur à cette austérité fait une surface de pêche à toutes ces choses comblées.

(Rainer Maria Rilke)
Extrait des Quatrains Valaisans (écrits à Muzot)

text written by Gaëtan Cassina historien

Pour l'historien des monuments, le témoin le plus humble d'une conception et d'une manière de construire révolues mérite attention, fait partie intégrante d'un patrimoine architectural digne de sauvegarde et de protection. Encore faut-il que l'authenticité du témoignage soit garantie par la substance originale de l’objet! Est-ce le cas de la « Maison Rose » de Sierre? Oui, en tant que « bonne construction moyenne » du premier quart du XIXe siècle, date à laquelle elle a pris la forme que nous lui connaisssons aujourd’hui. Peu de bâtisses de ce type ont survécu dans le pays, alors qu’elles devaient être relativement nombreuses. Sa rareté accroît aussi son intérêt. Ne serait-il d’ailleurs pas contradictoire qu’à notre ère de démocratisation générale le patrimoine bâti s’amenuise pour « se réduire finalement à quelques belles pièces d’un musée imaginaire, d’où risquent d’être absentes les périodes les plus récentes, pour lesquelles la prise de conscience est plus difficile » (Marcel Grandjean)?

Consultées à temps, les instances compétentes en matière de conservation des monuments et de protection des sites eussent préconisés presque à coup sûr, de préserver l’intégrité des lieux, vigne et maison; soit aller implanter ailleurs un projet d’école supérieure de commerce, de collège et de salle de spectacle-aula. S’il est certes un peu tard de s’aviser que le choix du site ne fait pas l’unanimité, à qui la faute? Ceci dit, il ne saurait être question d’entrer dans une quelconque querelle des anciens et des (Post) Modernes. Personne ne contestera les qualités du projet retenu pour la future réalisation. Le malentendu car malentendu il y a, est ailleurs, plus exactement antérieur. Dès lors il nous reste à voir ce qu’il adviendra de notre « témoin ». Privé à l’ouest de son terrain « naturel », il est engagé dans le projet primé et dans celui-ci seulement, il faut le relever - dans un dialogue avec le future bâtiment. Doit-on craindre qu’il y ait rapport de force? En tout cas, le projet de Christian Beck s’inscrit à cet égard dans la tradition valaisanne déjà bien ancienne des récupérations. Notre unique vœu: que cette opération ne devienne pas ici synonyme de trahison.

text written byJean-Pierre Giuliani architect

Veau d’or
Des millénaires durant, les hommes ont vécu sur leur passé. De nos jours, force est de constater qu’ils ont tout fait pour soumettre à de nouvelles structures dont ils deviennet esclaves: la finance mène le bal. Il est donc vain de s’atermoyer sur le pasé en oeuvrant complicitement par ailleurs à une mise en scène destructrice. La ville d’aujourd’hui n’est pas à considérer comme une galerie ou un musée. Elle est de moins en moins caractérisée par son passé parce que livrée aux pouvoirs économique et politique. Duo qui a engendré la guerre économico-technologique à la faveur de laquelle s’ébauche un nouveau type de civilisation et de comportement. La technologie terrasse l’humanisme. Pour avoir trop sactrifier au veau d’or.

Tour Eiffel
Notre attitude envers la nature et nos sites est sans doute un aspect important dans le développement du phénomène urbain. Par suite, de violentes réactions s’érigent face aux décideurs. Néanmoins, les réactions du public contre la nouveauté ne datent pas de notre siècle.
Pour le plaisir, rappelons la pétition de 1897 contre la Tour Eiffel: peintres, sculpteurs, architectes protestaient avec indignation au nom de l’art et de l’histoire contre l’érection en plein cœur de Paris de l’inutile et monstrueuse Tour Eiffel. Signé: Alexandre Dumas, François Coppée, Charles Gounoud, Leconte de Lisle, Sully Prud’homme, etc. LaTour Eiffel fait aujourd’hui partie du paysage parisien. Quoique la tendance de l’architecture d’aujourd’hui montre que le passé a un caractère inépuisable, cela n’empêche pas d’entretenir certain dilemme, c’est le cas de la Maison Rose à Sierre dont la problématique née d’un projet d’architecture dans son voisinage, se subdivise en deux ordres ayant respectivement pour objet, d’une part le site et l’environnement, d’autre part l’architecture et l’histoire...

Paysage et architecture
Le site de la Maison Rose à Sierre est un paysage à structure faible, c’est à dire de forme simple, de pente générale régulière et continue, sans déformation abrupte; de surcroît, l’environnement construit est hétéroclite, non structuré (à l’exception de la partie de l’ancien quartier de Glarey). Dans ce contexte la Maison Rose émerge,
en incompatibilité avec un environnement construit de date récente, insignifiant, qui a déstructuré le paysage initial. Dès lors pour rééquilibrer ce site il faut introduire une architecture dont la structure forte s’harmonisera avec la structure faible du site. La proposition de l’architecte Christian Beck , lauréat du concours d’architecture pour réaliser un complexe regroupant une école de commerce, un collège, une salle de spectacles et des installations sportives, épouse cette démarche. Son projet valorise le site actuel. En implantant un édifice de « forme forte » à dominante verticale en appel avec d’autres monuments tels la Tour de Goubing, le château de Rawire ou encore le Manoir de Muzot, sont comme des points de communication à travers l’histoire agissant comme autant de stimuli sur le regard. La Maison-Rose s’inscrit alors dans cette composition comme un élément subordonné à l’ensemble; elle est sauvegardée et constitue un témoignage du passé; elle a donc sa place car elle s’insère comme une sous structure du lieu.

La différenciation des divers éléments en présence créera alors une dynamique harmonieuse engendrant un paysage vivant. Architecturalement la Maison Rose sera « revitalisée » par une nouvelle affectation à la mesure de sa renommée. Car il faut le reconnaître si la Maison Rose a du « caractère » elle n’a que peu de valeur sur le plan architectural et n’a d’intérêt que pour la petite histoire; elle est hybride et étrange par sa forme, sans âge, son architecture est accidentelle puisque née par à-coups à des périodes différentes. Sans doute elle a pour elle la sympathie attendrie que l’on voue à un bâtard.

Néant
Le stock d’image sur ce sujet constitué par des peintres divers, montre comme disait Nietzche qu’il n’y a plus de peintre mais des gens qui peignent… sans doute frappé par une nostalgie poétique et non esthétique. C’est une forme de dépérissement de l’art.

rapport du jury et presse

concept
inspired by the poems written by Rainer Maria Rilke when living on this site (les quatrains valaisans), the project interacts with the surroundings wineyard walls and medieval towers:

a 20's century educative and cultural center fronts a 13's century feudal tower sat on a hill near by.

context
the city center of Sierre on the West, the villages on the North slope and the medieval towers on the hills in the South:

in 1984 a context of urban and wineyards mix.

typology
the vertical organisation with the construction of the school over the theater stage.

the topography and the medieval towers built to communicate and to observe the plaine.

view from the north-east

view from the south

competition board 1

competition board 2

competition board 3

competition board 4

competition board 5

entrance structural study
and inferior lobby skylight