View from North and South

Eléments qui ressortent de la séance du 18mai2017
Aucune confirmation n’est fournes par la Police des constructions, il sera necessaire de structurer les éléments 3D du fichier de façon à répondre aux alternatives qui peuvent être requises.


É L É M E N T S P R I N C I P A U X

DISTANCE AUX LIMITES DES BALCONS

  1. La PC n'a pas (pu) formuler en quoi le projet serait pas réglementaire mais émet une réserve sur le balcon périmètrique qui pourrait être considéré comme une coursive.
  2. Le règlement communal renvoie au "petit Robert ou au Droit Federal et Vaudois de la construction.
  3. Il en ressort (Petit Robert) que la coursive est "un espace de circulation latéral qui distribue plusieurs unités"...
  4. on peut en déduire que la coursive est semi-publique ou semi-privée au contraire du balcon qui est privé.
  5. Si cette interprétation est valable, l'espace au sud dans le prolongement de la lame pourrait encore être qualifié de coursive...
  6. …Et si tel serait le cas, la coursive serait comprise dans la surface bâtie (pas de limitation ici), mais serait sujette aux distances réglementaires...
    SELON LES INTERPRETATIONS QUI SERONT DONNÉES..., (la définition des balcons est assez subjective selon la jurisprudence), IL SEMBLE QUE NOUS AVONS LES SOLUTIONS SÉPARÉES OU CUMULÉES SUIVANTES
    A APPLIQUER AU NIVEAUX 2, 3, 4, 5, 6 ou SEULEMENT AU NIVEAUX 5, 6).
  7. Garder les balcons et réduire la profondeur Est et Sud afin qu'ils soient à une distance minimum de 4 mètres de la limite.
  8. Garder le balcon Ouest seulement.
  9. Garder le balcon Ouest et son retournement au Sud seulement.
  10. Faire une rotation de l'escalier pour avoir la correspondance balconOuest/palier
  11. Accéder au studios depuis un palier contre mur de façade Sud idem niv.6

Les conséquences de la suppression des balcons Est, Sud seraient:

  1. Niv2: Fusion des studios …
  2. Niv3: Fusion du studio.. et App..

TOITURE MANSART & LUCARNES

  1. La PC n'a pas (pu) formuler en quoi le projet ne serait pas réglementaire mais va chercher.
    IL SEMBLE QUE NOUS AVONS LES SOLUTIONS SÉPARÉES OU CUMULÉES SUIVANTES
  2. Un revêtement non opaque des cages escaliers et ascenseur permettrait de laisser deviner le profil du Mansart.
  3. Une césure entre la balustrade non opaque et le front des lucarnes permettrait aussi de mettre en evidence le mansart.
  4. La technique de recherche de texture pour la construction des images devra mettre en évidence le toit.

ANGLEs HORIZONTAUX OUEST et EST DU CUBE

  1. La PC n'a pas formulé de remarques...nous avons des solutions en réserve.
  2. Ce point reste important


    É L É M E N T S S E C O N D A I R E S

STUDIO EN SOUS-SOL

  1. J'ai contacté le service d'hygiène et salubrité. Nous dessinerons le studio qui se trouve sous le bâtiment.
  2. Les locaux sous jardin, développé pour être des studios seront présentés comme des dépôts.

ZONE DE JEUX ET PLANTATIONS

  1. Un bac surélevé du niveau de la cour sera réalisé. Surface minimum 20m2

COUVERT A VELOS

  1. La prolongation sera plus légère: Une tôle profilée fixee sous une poutre, elle même fixée sous la dalle du garage d'un côté et sur un mur)pilier de l'autre conviendrait mieux.
  2. Dessiner les places voiture et 2 roues
  3. Dessiner les écoulements necessaire

ARBRE D'ESSENCE MAJEURE

  1. A plante entre l'entrée du bâtiment et le couvert à vélos

IMAGE/MODELE 3D

  1. Je vous confirme la commande d’une image 3D (la 2e image reste à confirmer selon résultat).
  2. Il s’agit de travailler sur le fichier REVIT sans sortir du programme comme discuté.
  3. J’ai pris note et conviens que nous travaillons par petites étapes sur les images aussi afin de determiner les textures en relation avec les maériaux qui conviendront le mieux

.
.
.
.
Les balcons sont à dessiner selon la Jurisrudence dont :
>....................Decision TF 2006 - Rougemont

dont la jurisprudence annotée dans le
Droit Fédéral et Vaudois de la Construction (Bovay, Didisheim, Sulliger, Thonney)
B p.589, 590, 591

Balcon

  1. Le tribunal administratif a repris la jurisprudence de l’ancienne commission de recours qui distingue :
    a.) le balcon typique ouvert, bordé d’un seul côté par la façade à laquelle il est accolé, non fermé latéralement, formant une saillie réduite à partir de cette façade, en principe isolé et non destiné au séjour et limité au service d’une seule pièce.
    b.) La loggia qui se caractérise par des fermetures latérales et par son incorporation dans le bâtiment :
    c.) La terrasse couverte déterminée en dehors du logement proprement dit mais abritée et destinée au séjour et qui constitue, par ses dimensions une véritable pièce extérieure.
    Seul le balcon typique n’est pas compté dans le calcul des distances, des dimensions et de la surface bâtie, sous réserve de règles communales contraires (RDAF 2007 I 122, No27).
    .
  2. Peuvent être qualifiés de balcons, quelle qu’en soit la longueur, les ouvrages formant une saillie réduite sur une façade (sauf disposition contraire de 1,5m en profondeur, qui se recouvrent l’un l’autre et dont le dernier est recouvert par la toiture du bâtiment. En revanche, leur fermeture latérale aux extrémités ou dans le courant de la façade en fait des avant-corps (RDAF 1972, 414 ; 1974, 222, 229 ; 1975, 63, 214 ; 1977, 188). En principe un balcon est isolé, non destiné au séjour et limité au service d’une seule pièce (RDAF 1977, 188).
    La limitation de la largeur des balcons susceptibles s’empiéter sur les espaces inconstructibles n’a pas pour effet d’interdire de manière générale la construction de balcons dépassant cette largeur, lorsqu’ils se trouvent en tout ou partie à une distance supérieure au minimum prescrit ou à l’intérieur des périmètres d’implantation (RDAF 2006 I 225, No42).

  3. Ne sont pas des balcons :
    • Des terrasses successives de quelque 4m sur 3, définies sur deux côtés par les murs extérieurs, à cause de leur largeur inhabituelle et de l’absence de saillie (RDAF 1973, 631) ;
    • Des éléments de construction occupant toute la longueur de l’une des façades principales, reliés verticalement par un pilier et par des séparations sur toute la hauteur des niveaux habitables et se recouvrant les uns les autres (RDAF 1975, 209) ;
    • Un élément de construction profond de 4m, accolé en porte-à-faux aux façades du bâtiment (RDAF 1977, 188).
      .
  4. Cas limite : des balcons de 1,5m couverts sur toute la longueur de la façade dépassant de 1,5m un angle de celle-ci et se retournant sur une largeur de 6,5m sur la façade latérale superposés sur trois niveaux et recouverts par un avant-toit d’un mètre (RDAF 1977, 188).

  5. En règle générale, les balcons ne doivent être comptés ni pour calculer la surface construite, ni pour déterminer la distance jusqu’à la limite de la propriété (RDAF 1957, 152 ; 1974, 229, 304 ; 1975, 62, 214).

  6. Dans une jurisprudence récente, le Tribunal Administratif a relativisé la règle selon laquelle les balcons ne doivent pas dpasser 1,5mètre pour ne pas être pris en compte dans le calcul des limites. La notion de balcon est une notion relative qui ne dépend pas uniquement d’une profondeur maximale mais requiert d’examiner si, par son aspect extérieur et sa volumétrie, un élément de construction apparaît aux yeux d’un observateur neutre comme un volume supplémentaire du bâtiment de manière à aggraver les inconvénients pour le voisinage. En l’espèce, le simple fait que les balcons en cause dépassent de 10cm la profondeur communément admise de 1,50 mètre par la jurisprudence ne suffit pas à en faire des avants-corps devant respecter la limite des constructions. De par leur type et par leurs dimensions, on a bel et bien affaire, dans le présent cas, à des balcons d’une volumétrie habituelle étant admis à s’inscrire à l’intérieur des espaces dits réglementaires (RDAF 2008 I 246, No42).

optimisation

redressement orthogonal de la façade oblique selon le péglement des constructions PGA.

extrait du glossaire-PGA

Comme discuté au téléphone, et selon les données que vous m’avez transmises, il vous faudra :
1X 360l. ordures ménagères
1X 240l. papiers/cartons
1X 240l. verre avec trou et serrure
1X 240l. pour les déchets végétaux

Selon votre plan, les deux variantes sont possibles puisqu’elles se situent en bordure du domaine public et peuvent être prisent en charge par nos équipages depuis le DP.

Ci-dessous des extraits de phrases types de ce qui est demandé lors des mises à l’enquêtes :

Charges : Le Centre Intercommunal de gestion des Déchets (CID, tél. 021 315.79.79) exige, conformément à l’article 9 du RGD, l'équipement de conteneurs différenciés en plastique aux couleurs normalisées.
Le lavage régulier des conteneurs doit être prévu. Il est rappelé que les locaux à conteneurs doivent être aérés. Les conteneurs doivent être libres de tout obstacle pouvant entraver leur déplacement aux fins de leur vidage (par exemple déchets déposés à leurs alentours, neige, etc.).

Si besoin de déplacer les conteneurs pour leur vidage:
Les conteneurs seront amenés en bordure du domaine public sur un emplacement plat (avec dispositif contre la mise en mouvement accidentelle).
"S'il est prévu un emplacement extérieur permanent pour ces ouvrages, il devra faire l'objet d'une demande de permis de construire avec enquête publique en application de l'article 103 de la Loi sur l'aménagement du territoire et les constructions (LATC)."

Liens sur le site internet de la Ville où vous pourrez trouver les infos nécessaires au dimensionnement de votre emplacement.
http://www.lausanne.ch/lausanne-officielle/administration/finances-et-mobilite/proprete-urbaine/gestion-dechets/conteneurs-a-dechets/dimensions.html

http://www.lausanne.ch/lausanne-officielle/administration/finances-et-mobilite/proprete-urbaine/gestion-dechets/conteneurs-a-dechets/description-technique.html

En souhaitant vous avoir utilement renseigné et en restant à votre disposition pour de plus amples informations, nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.

balcon végétaux

les balcons sont entourés par une treille en lieu et place d'une balustrade, avec l'objectif de réaliser un moucharabieh végétal fait de lierre grimpant comme protection solaire la journée et comme lanterne verte la nuit..

Niv.-1

  • sous-sol

Niv.-1, s-sol variation

Niv.1

  • rez de chaussée, jardin

Niv.2

  • 4 x studios

Niv.3

  • 1 x 2pc.
  • 1 x studios

Niv.7 (roof garden with solar panel)

Niv.45
l'entrée se fait depuis les balcons

Niv.6
l'entrée peut se faire depuis le palier de l'escalier au cas où l'accès depuis le balcon ne serait pas autorisé à ce niveau (marquise).

concept

Le concept de ce petit projet est structurel avec les circulations verticales extérieures (la cage d'ascenseur au Nord et la cage d'escalier au Sud) formant des contreforts potentiellement connectés entre eux au dernier niveau.

angles reinforcement hypothesis and optimization

escalier et balcon-hypothèse structure béton

  • 262cm = hauteur d'étage soit 240cm + 22cm
  • 262cm : 14 marches = 18.71cm = s
  • env.64cm - (2 x 18.71cm) = 26.57cm, then 27cm = a

Selon formule de sécurité AEAI

  • (s + a = 0.46 ou 0.45-0.47)
  • 18.71 + 27 = 45.71 = OK

balustrade interieur

Issued from the same prefabrication mould, A1 and A2 stair elements are carried differently.
B1 is made of a bent 8mm metal thermo zinked sheet

balcons

détails des têtes de dalles pour l'accrochage d'un futur écran végétal et l'éventuelle extension des studios sur les balcons.

Coupe au pied des murs Est et Ouest existants

  • les murs existants reposent sur un sol de molasse sans fondation.
  • Le profil du pied de mur suit le terrain naturel en pente.
  • une isolation extérieur couvre le mur existant.
  • les nouvelles dalles se lient au murs existant par des empochements